Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 10:55

SPINALONGA (5 km d’Elounda) :

 

Ce nom désigne aussi bien l’îlot fortifié de Spinalonga que la presqu’île reliée à Elounda par une langue de terre où l’on aperçoit encore les ruines des moulins et quelques vestiges de l’antique Olous.

L’îlot fortifié est un point de passage quasi-obligé pour beaucoup de touristes. On l’atteint en bateau depuis Elounda, environ 5 km, Plaka, 800 à 900 mètres ou Aghios-Nikolaos 12/13 km.

Vos guides vous donneront tous les détails sur Spinalonga qui résista aux Turcs jusqu’en 1715 alors qu’Héraklion était tombé entre leurs mains en 1669.

La plupart des touristes visitent l’île en fin de matinée, donc à vous de choisir votre horaire. Pour ma part, je trouve que cette ville fantôme ne manque pas de charmes et dégage un certain romantisme. Ne vous contentez pas de faire le tour de l’îlot, montez au sommet, la vue y est agréable et l’on y est pratiquement seul.

Comptez une heure à une heure-trente pour flâner tranquillement et prendre vos photos.

Si vous êtes venu jusqu’à Plaka, profitez de la plage, elle est en galets mais l’eau y est beaucoup plus claire et les fonds plus intéressants qu’à Elounda.

01Elounda-Plaka-spinalonga-richard

02 Elounda- Spinalonga



03 Spinalonga-petits enfants-dany0706 004


04 Spinalonga-petits enfants-dany0706 005

05 Spinalonga-petits enfants-dany0706 006

06 Spinalonga-petits enfants-dany0706 007

07 Spinalonga-petits enfants-dany0706 008


09Spinalonga-petits enfants-dany0706 010

10 Spinalonga-petits enfants-dany0706 011

11 Spinalonga-petits enfants-dany0706 012

12 Spinalonga-petits enfants-dany0706 013

13 Spinalonga-petits enfants-dany0706 014


Repost 0
Published by Richard LAMBERT - dans villes et sites
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 17:09

ELOUNDA

 

 

 

Comme tout le monde n’aime pas, ou ne peut pas, marcher, il faut que je vous parle un peu plus de la Crète que l’on visite sans sac à dos et sans chaussures de marche.....

 

 

Elounda est située à une dizaine de km d’Aghios-Nikolaos, préfecture du nôme (département) du Lassithi. Elounda fait partie de la commune d’Aghios-Nikolaos avec une dizaine d’autres villages.

Elounda est composée de quatre « quartiers », trois d’entre eux se touchent et se situent en bord de mer : Kato-Elounda (Elounda-le-bas), Mavrikiano et Schisma où se concentrent les grands hôtels, le quatrième, Pano Elounda (Elounda le haut) se situe à deux kilomètres de la mer.

C’est incontestablement l’un des hauts lieux du tourisme crétois, son hôtellerie se partage entre hôtels de luxe et petite hôtellerie familiale, le village est donc relativement épargné par le tourisme « low cost ». La clientèle des palaces restant relativement prisonnière de ceux-ci, l’ambiance du village demeure bon enfant, notamment le soir lorsque les cars de touristes sont retournés vers Malia ou Chersonissos et qu’il ne reste que la clientèle individuelle des petits hôtels et pensions du village.

Pano-Elounda vit totalement à l’écart de cette agitation, même si des retraités d’Europe du nord s’y installent progressivement.

Elounda peut servir de base pour ceux qui veulent circuler sur le centre-est de la Crète : Aghios-Nikolaos est à 15 mn, Iérapétra à 40 mn, le plateau du Lassithi, Iraklio ou Sitia sont à 1H15

           

 

 01 1 Photos Richard Knossos Spinalonga maison 009

Arrivée sur Elounda, les grands hôtels, les salines, la presqu'île de Spinalonga et l'îlot fortifié de Spinalonga

02 Elounda port 

Le port d"Elounda

03 fleurs des chemins d'Elounda 0406 057 


04 Elounda église
Le centre du village
05 Elounda port soir 1

06 Elounda vue coté mer


07 Elounda-villa- vue epano elounda  
Pano-Elounda et ci-dessous une vue d'Elounda prise de Pano-Elounda

08 Elounda-villa- vue soir

Langue de terre reliant Elounda à la presqu'île de Spinalonga.
09 Photos- Richard spinalonga-moni aretiou 010 modifié-1

Vestiges d'une basilique dans l'ancienne Olous.

10 Photos- Richard spinalonga-moni aretiou 011

Plage sur la côte est de la presqu'île de Spinalonga.
11 Photos- Richard spinalonga-moni aretiou 012


Repost 0
Published by Richard LAMBERT - dans villes et sites
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 10:00

Tsoutsouros – Aghios-Nikitas

  

Cette balade, sans difficulté, vous permettra de découvrir les Monts Astérousias qui se situent au sud de la plaine de la Messara. Ces montagnes, qui culminent à 1230 mètres d’altitude au mont Kofinas, tranchent par leur aridité avec la fertilité de la Messara. De Tsoutsouros, à l’est, à Lendas, à l’ouest, cette partie de la Crète est dépourvue de plaine côtière. La montagne plonge littéralement dans la mer offrant des paysages que je n’hésiterais pas à qualifier de sublimes, du moins pour ceux qui apprécient les univers minéraux.

Tsoutsouros est un agréable petit port qui peut servir de halte pour une nuit ou deux.

 
Départ et arrivée : Tsoutsouros.
Destination intermédiaire : Monastère et plage d'Aghios-Nikitas.

00 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas-Irmi























 


Vue de la chaine des Astérousias

Facteurs influant sur la difficulté de la balade :

 

La pénibilité d’une marche dépendant pour l’essentiel du marcheur lui-même, il m’a semblé utile de détailler les différents points pouvant agir sur ce sentiment de difficulté, afin que mes sympathiques lecteurs puissent se forger leur opinion compte tenu de leurs aptitudes.

 

Dénivelés : faibles

Départ et arrivée au niveau de la mer.

Point le plus haut du trajet : 110 mètres, dénivelé positif et négatif total de 320 mètres.

 

Distance : Tsoutsouros - Monastère : 5 km (plage 5,3 km) , AR : 10,6 km

 

Durée : courte

Comptez 1H30 aller soit 3H00 AR.

Ajoutez au minimum une heure pour prendre le temps de visiter le monastère et de vous baigner dans la très belle crique qui se trouve au pied du monastère.

Temps donnés pour un marcheur moyen, prenant le temps de regarder le paysage et de faire des photos.

 

Types de voies empruntées : sans problème.

Sentier bien aménagé: 40%, piste de terre : 60% (en temps de marche).

 

Balisage :

Le sentier est bien balisé jusqu’à Maridaki, après il suffit de suivre la piste qui longe la côte jusqu’à une pancarte indiquant le monastère.

 

Température/chaleur : attention en plein été.

Cette région est la plus chaude de Crète, la température dépasse souvent les 38°C à l’ombre en été et il n’y a pas d’ombre sur le parcours. Fort heureusement le trajet n’est pas éprouvant. Munissez vous cependant d’un minimum d’eau, d’un chapeau et de crème solaire.

 

 

Eau/ravitaillement en cours de route: Un café à Maridaki et de l’eau au monastère.

 

Vertige : aucun passage à risques.

 

Fréquentation du sentier : Le sentier est assez fréquenté entre Tsoutsouros et Maridaki. On croise un ou deux pick-up de bergers sur la piste.

 

Difficulté : (à mon avis)

Aucune difficulté notable, sauf en plein été pour les personnes sensibles à la chaleur. Cette balade peut se faire seul sans problème.

 

Flore/végétation : Pas d’arbres sauf au monastère et dans un ou deux endroits où des maisons ont été construites. Quelques épineux broutés par des chèvres.

 

Faune : Oiseaux de proie.

 

Période recommandée : Printemps et automne, mais aussi été à condition de prendre garde à la chaleur.

 

Baignade : Il serait criminel de ne pas se baigner sur la plage du monastère.

 

Hébergement : Possibilités d’hébergement assez nombreuses à Tsoutsouros qui comptent aussi de nombreuses tavernes et une belle plage. La balade peut aussi se faire en partant des environs d’Héraklion à 1H30 en voiture, d’Iérapétra à 1H30 ou même d’Aghios-Nikolaos à 2H30.

 

Le trajet :

Le trajet est facile à suivre. Le sentier démarre à l’extrémité ouest du village, légèrement à droite d’une taverne qui est collée à la falaise. Une pancarte indique le hameau de Maridaki. Une fois arrivé à Maridaki (35 minutes environ), remontez de l’autre côté du village pour atteindre la piste qui va vers l’ouest parallèlement à la mer. Vous croisez quelques maisons de vacances isolées, vous restez sur la piste principale en ignorant les quelques départs de pistes qui mènent à ces habitations. Au bout d’une heure-vingt environ, depuis le départ, vous apercevez le monastère en contrebas et une pancarte vous indique la direction à prendre. La piste descend assez fortement vers la mer. Le portail n’est pas fermé à clef,  vous pouvez entrer et visiter les lieux. En traversant le verger qui entoure le monastère, en direction de la mer, vous parvenez à un escalier qui descend jusqu’à la plage.

  02-Tsoutsouros-Aghios-Nikitas-Irmi

  
01Tsoutsouros-Aghios-Nikitas
Ci-dessus, la côte et le port de Tsoutouros vue de la route.





Pancarte ...Maridaki





Ci-dessous, vues de Tsoutsouros depuis le sentier

04 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas




03Tsoutsouros-Aghios-Nikitas






















05Tsoutsouros-Aghios-Nikitas





















Le hameau de Maridaki apparaît.

06 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas-Irmi






















07Tsoutsouros-Aghios-Nikitas
Le sentier suit plus ou moins une ligne électrique qui alimente le hameau.

Celui-ci est construit au débouché d'une ravine
.

08 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas





























Après Maridaki, ce rocher à tête de monstre.
09Tsoutsouros-Aghios-Nikitas























10 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas






















La piste est parallèle à la mer, quelques chèvres essaient de trouver, dans cet univers minéral, une maigre pitance
11 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas-Irmi






















12 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas






















Le monastère apparaït en contrebas de la piste.

13 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas






















14 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas






















14 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas



















15 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas



















16 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas-Irmi



















17 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas-Irmi











A l'extrémité du verger entourant le monastère, un portail permet d'accéder à un escalier descendant vers la plage.





18 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas





















20Tsoutsouros-Aghios-Nikitas





















21 Tsoutsouros-Aghios-Nikitas-Irmi






Repost 0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 19:26

Balade à Héraklion

 

Pour changer un peu des randonnées « στα βούνα »,  je vous propose une balade dans la ville d’Héraklion. Vous trouverez tous les renseignements historiques nécessaires dans vos guides ou en consultant Wikipédia qui est riche d’informations sur la ville.

Mon but se limite à vous donner quelques conseils pratiques pour découvrir la capitale de la Crète.

Héraklion n’a peut-être pas le charme de Chania ou de Rethimno mais elle me semble beaucoup plus authentique que les deux autres villes importantes de l’île. Centre économique, financier et administratif de la Crète, Héraklion possède une vie en dehors des touristes.

C’est une agglomération de 150.000 habitants mais son cœur historique entièrement entouré de remparts n’excède pas 1,5 km de large et se prête donc particulièrement à la flânerie pédestre, d’autant que le stationnement y est particulièrement difficile surtout pour quelqu’un qui connait mal la ville.

Je vous conseille donc vivement de laisser votre voiture dans un parking et de vous promener à pied. Le parking le plus pratique me semble être celui qui se trouve près de la capitainerie du port, près de la Platia Koundourioti, immédiatement après la gare routière sur la droite lorsque l’on vient de l’est. Il vous en coûtera 2,5 euros quel que soit votre temps de stationnement.

 

Délaissant votre voiture vous longerez le Vieux Port avec le fort vénitien encore marqué du Lion de Saint-Marc. Sur la gauche vous verrez les ruines des anciennes douanes.

 

Si vous avez un peu de temps, longez le bord de mer par la rue Sophoclès Vénizélos (fils du grand homme politique local E. Vénizélos) pour aller visiter le musée historique et ethnographique qui retrace l’histoire de l’île depuis l’empire byzantin jusqu’à la guerre d’indépendance.

 

Revenez ensuite sur vos pas et pénétrez dans la ville par la rue du 25Août (Augoustou) qui passe devant plusieurs des monuments les plus connus de la cité (la mairie, ex-loggia vénitienne, l’église Aghios Titos et l’église Saint-Marc qui abrite aujourd’hui la pinacothèque municipale).

 

 Vous aboutissez sur la place Elefthéros Vénizélos où vous pourrez voir la fontaine Morosini. Ce quartier, centre de la ville, abrite les banques, les représentations des compagnies maritimes et commerces de luxe (vêtements, bijoux ....) ainsi que les commerces spécialisés (photos, articles de sport..)

Empruntez ensuite la rue 1866 (année de la grande révolte contre les Turcs) où se tient une sorte de souk où se côtoient les boutiques de souvenirs les plus kitch et les commerces d’alimentation comme des boucheries parmi les mieux achalandées de la ville.

 

Dans les venelles perpendiculaires à la rue 1866, vous trouverez de nombreuses tavernes qui accueillent aussi bien les touristes que les gens qui travaillent dans les commerces et les bureaux des environs.

Vous débouchez sur la place Kornarou où se trouvent une fontaine turque et une fontaine vénitienne ainsi qu’un kafénio typique.

 

De la place Kornaros, prenez la rue Kyrilou Loukaréos pour rejoindre la cathédrale Aghios- Minas

 

De la cathédrale gagnez la rue Kalokérinou qui vous conduira vers les remparts (porte Pantokréator), montez sur les remparts en vous dirigeant vers l’est. Vous aurez de belles vues sur la vieille ville et sur les quartiers périphériques. Vous saluerez le tombeau de Nikos Kazantzakis, le grand écrivain crétois contemporain.

 

En suivant le rempart vers l’est vous aboutissez à la place de la liberté (élefthérias) où se situe le musée archéologique encore en cours de réaménagement en 2009.

 

Après une visite au musée, prenez la rue Doukos Beaufort qui longe le musée à l’est et rejoint le bord de mer près de la gare routière et de la capitainerie où se trouve le parking où vous avez laissé votre voiture.

 

Comptez environ huit heures, si vous visitez les deux musées et que vous prenez le temps de déjeuner dans une taverne. Il s’agit d’un minimum car les curieux pourront passer plus de deux heures dans chacun des musées.

 

Vue sur les anciennes douanes et le port des ferries

Le vieux port et le fort.

Rue du 25 Augoustou, les jeunes grecs viennent de découvrir les graffitis.... il est temps de voir brûler les banques....nous dit ce révolté!!!!!

La Mairie et....

juste à côté, l'église Aghios-Titos (pas celui de l'ex-Yougoslavie, qui n'était pas très catholique....ce qui est un comble pour un orthodoxe!!!!)

L'ancienne église Saint-Marc, aujourd'hui pinacothèque municipale.

La fontaine Morosini,

Beaux spécimens de touristes dans l'Odos 1866 et ci-dessous ruelle bordée de tavernes.



La fontaine turque et son kafénio...






La cathédrale,
Aghios-Minas

















Les remparts sud,



le tombeau de Nikos Kazantzakis, père de l'incontournable Zorba,











La vieille ville vue des remparts.



La place de la Liberté et ses environs


ci-dessous, vue du jardin municipal sur la rue Dimokratias

Les turcs attaquent......!!!!!
Le palais de justice

Brulez les caméras.... (je n'en ai pas vues beaucoup).
Le rempart près du musée archéologique.


Repost 0
Published by Richard LAMBERT - dans villes et sites
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 20:18

PLATI – ONTO AFENDIS (LASSITHI)

 

Cette randonnée vous permettra de découvrir le sud-ouest du massif du Lassithi

 

Départ/Arrivée : Village de Plati

Point haut sommet du Onto Afendis

                         

 

Facteurs influant sur la difficulté de la balade :

 

La pénibilité d’une marche dépendant pour l’essentiel du marcheur lui-même, il m’a semblé utile de détailler les différents points pouvant agir sur ce sentiment de difficulté, afin que mes sympathiques lecteurs puissent se forger leur opinion compte tenu de leurs aptitudes.

 

Dénivelés : moyens

Départ : 860 mètres au village de Plati

Point haut du sentier : 1578 mètres sommet du Onto Afendis

Soit un dénivelé positif et négatif de 718 mètres.

 

Durée : moyenne

5H00 environ (compte non tenu de la pause au sommet)

Ascension : 2H45

Descente : 2H15

 

Temps donnés pour un marcheur moyen, prenant le temps de regarder le paysage et de faire des photos.

 

Types de voies empruntées : Piste de terre

 

Balisage : Aucun, mais une fois que vous êtes sur la piste il suffit de la continuer jusqu’au sommet où se trouve une chapelle et une antenne. En cas de doute demander votre chemin aux villageois de Plati.

 

Température/chaleur : Pas d’ombre sur le parcours, mais l’altitude modère la température.

 

Eau/ravitaillement en cours de route: Aucun ravitaillement possible en cours de route, prévoir suffisamment d’eau et quelques biscuits ou fruits secs.

 

Vertige : Aucun passage à risques.

 

Fréquentation du sentier : Vous pouvez croisez un ou deux bergers sur la première partie du trajet.

 

Difficultés : (à mon avis)

Pas de difficultés particulières en dehors du dénivelé et de la chaleur pour les personnes qui y sont sensibles.

Des chaussures de jogging feront l’affaire.

Peut se faire seul sans problème.

 

Flore/végétation : La fin du parcours est assez aride avec quelques épineux. Au début de la piste on trouve des chênes verts et des arbres fruitiers.

 


















quelques-unes des modestes fleurs qui s'accrochent aux pentes caillouteuses du Onto-Afendis.

Faune:
rapaces

 

Période recommandée : Peut se faire toute l’année sauf aux jours les plus chauds de l’été.

 

Baignade : Pas de baignade sur le Lassithi. Pour vous baigner il faudra redescendre vers Malia.

 

Hébergement : Nombreuses chambres notamment à Tzermiado ou à Magoulas. Restauration chez Christine et Vassili au restaurant « To Chronio » à Tzermiado. Si vous faites la balade le matin vous pouvez déjeuner vers 14H00 ou 14H30 sans problème.

 

Le trajet :

 

Laissez votre voiture au village de Plati. La piste se trouve au sud de la route principale approximativement au centre du village. Vous pourrez vous garer sur une sorte de parking avec une chapelle miniature comme on en voit sur toutes les routes. Vous prenez alors en direction de la montagne. En cas de doute, demandez votre route aux habitants.

 


La piste s'élève rapidement au dessus du village de Plati au milieu d'une végatation encore importante.


Vous avez de jolies vues sur le plateau du Lassithi.


Plus haut dans les vallée, vous aurez peut-être l'occasion de croiser des bergers rassemblant leur troupeau.

 Plus haut encore, le paysage devient plus minéral, nous croisons un
véhicule parfaitement écologique, bien que responsable de quelques émissions de gaz à effet de serre.


La chapelle sommitale apparait enfin clairement.













Du sommet vous contemplez le chemin parcouru.







Le plateau montre ses pistes qui se coupent à angles droits.



Repost 0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 08:10

Kavoussi-Thripti-Monastéraki-Kavoussi (est – massif du Thripti)

 

Cette balade offre des vues absolument magnifiques sur le golfe de Mirambello, le massif du Thripti et la gorge du Cha (Χα) dans une nature riche et variée y compris au cœur de l’été. Vous passerez également par la nécropole de Vronda et découvrirez une minuscule chapelle avec des fresques anciennes.

 

 

Départ/Arrivée : Kavoussi

ou pour ceux qui disposent de deux véhicules ou d’un chauffeur

                          départ :  Kavoussi

                          arrivée : Monastéraki

                         

 

Facteurs influant sur la difficulté de la balade :

 

La pénibilité d’une marche dépendant pour l’essentiel du marcheur lui-même, il m’a semblé utile de détailler les différents points pouvant agir sur ce sentiment de difficulté, afin que mes sympathiques lecteurs puissent se forger leur opinion compte tenu de leurs aptitudes.

 

Dénivelés : moyens

Départ : 105 mètres à Kavoussi

Point haut du sentier : 860 mètres

Soit un dénivelé positif et négatif de 755 mètres, compte non tenu des dénivelés intermédiaires,  de faible importance, dus au tracé du chemin.

Autres points : Village de Thripti : 840 mètres sur la placette, Monastéraki : 185 mètres.

 

Durée : longue ;

8H00 environ (ajouter une pause d’une heure à une heure trente si vous cassez la croûte à la taverne du Thripti) ;

Ascension : 3H30, compte-tenu des petites pauses, photos,..... (Kavoussi – début du sentier muletier : 1H30 ; col : 2H45 ; village de Thripti (taverne) : 3H30.

Descente : 3H00, Thripti – jonction avec la route cimentée par la piste de la gorge du Ha : 1H45 ;  début de la piste de terre/E4 : 2H15 ;  Monastéraki : 3H00 ;

Jonction Monastéraki – Kavoussi par la route 1H15/1H30

 

Temps donnés pour un marcheur moyen, prenant le temps de regarder le paysage et de faire des photos.

 

Types de voies empruntées : sans problème

Pistes de terre : 60% ; sentier et chemin de muletier: 20% ; piste cimentée 5% et route asphaltée 15%

 

Balisage : très mauvais, mais un minimum de sens de l'orientation permet de faire le trajet sans réelles difficultés.

Un panneau situé à Kavoussi indique le site de Vronda premier repère sur notre trajet.

Quelques marques du E4 entre Thripti et Monastéraki, quelques points bleus.

Cartes imprécises, le chemin de muletier et le sentier n’y figurent pas,

Par contre les pistes de terre figurent sur les cartes.

 












Température/chaleur :
La température peut poser un problème aux personnes non habituées à la chaleur notamment pendant l’ascension vers le col donnant accès au plateau entourant le village de Thripti. Sur le plateau, qui se situe entre 800 et 1000 mètres, la température est plus tempérée comme en témoigne la végétation. La première partie de la descente s’effectue dans une forêt de pins offrant une ombre agréable.

 

Eau/ravitaillement en cours de route: Une taverne agréable au village de Thripti

 

Vertige : Aucun passage à risques.

 

Fréquentation du sentier : Peu de chance de rencontrer du monde sur le sentier et le chemin muletier. Par contre vous croiserez des 4x4 de bergers et de paysans sur les pistes et sur le plateau.

  

Difficulté : (à mon avis)

Les seules difficultés notables de cette randonnée sont sa longueur et la chaleur pour les personnes qui y sont sensibles. L’orientation peut aussi présenter des difficultés à certaines personnes, ne pas hésiter à questionner les habitants rencontrés sur le parcours.

Se munir d’un chapeau, de crème solaire et d’une quantité suffisante d’eau pour tenir jusqu’au village.

Des chaussures de jogging feront l’affaire.

Peut se faire seul sans problème.

 

Flore/végétation : Très riche, plantes aromatiques (thym, origan, sauge) sur le flanc nord du massif, nombreuses fleurs sur le plateau et dans la forêt de pin sur le flanc ouest, vignes, fruitiers sur le plateau.

 













Faune:
Rapaces. .

 

Période recommandée : Peut se faire toute l’année sauf aux jours les plus chauds de l’été.

 

Baignade : Baignade possible sur la plage de Tholos (Kavoussi). Compte tenu de la durée de la randonnée, il faut cependant partir très tôt le matin ou disposer d’une seconde voiture à Monastéraki pour avoir le temps d’aller faire une trempette dans la mer.

 

Hébergement : Quelques chambres à Kavoussi, innombrables possibilités à Aghios-Nikolaos, Iérapétra et leurs environs.

 

Le trajet :

Kavoussi-Thripti

Laisser votre voiture ou faites-vous déposer au parking situé à l’est du village de Kavoussi (vers Sitia). Vous apercevez en face du parking le panneau indicateur reproduit à la rubrique balisage, prenez la piste indiquée par ce panneau.

Après une quinzaine de minutes (vers 185mètres d’altitude) vous croisez une canalisation orientée sud/nord qui descend de la montagne et va vers le village. Un sentier, balisé avec des marques bleues, suit cette canalisation et vous permet de couper les lacets de la piste. Vous prenez ce sentier dans le sens de la montée. Vous coupez la piste deux fois, la seconde fois vous prenez la piste sur la droite et vous arrivez à un carrefour où une pancarte vous indique Vronda.

Prenez en direction de Vronda (Nécropole minoenne). La piste contourne le site par l’ouest, le site se trouve donc à gauche de la piste en montant. Comptez 1H15 pour atteindre Vronda. Vous continuez votre chemin par la piste principale, le site est maintenant en contrebas de la piste.

Le sentier, ancien chemin muletier non entretenu démarre à la fin de la piste, vers 440 mètres d’altitude. Il vous faudra 1H30 pour l’atteindre. Le sentier n’est pas balisé mais il est cependant assez facile à suivre. Il monte fortement mais, comme nos ancêtres savaient faire des chemins, la progression est relativement aisée.

Après 2H45 (+/-) vous parvenez à un col situé à 785 mètres d’altitude environ et vous découvrez le « plateau » qui entoure le village de Thripti avec en arrière plan le massif du Thripti.

Prenez la piste qui part vers l’ouest (à gauche) en direction du village, cette piste s’oriente nord-ouest pour contourner une ravine, puis revient sud-est et descend ensuite sud-ouest vers le village de Thripti. Prendre le sens interdit et continuer jusqu’à la taverne qui se trouve près de la placette à l’entrée ouest du village. Vous atteignez la taverne en 3H30 environ.

 

Thripti-Monastéraki

Quittez le village par la route qui va à Kato-Chorio, à 500 mètres du village prenez la piste de terre sur votre droite, cette piste constitue un tronçon du E4. Elle s’enfonce dans une forêt de pins et longe ensuite le haut de la gorge du Cha.

Au bout d’une heure environ vous parvenez à une petite chapelle qui contient de jolies fresques anciennes. Vous croisez quelques marques du E4, vous continuez la piste en terre et rejoignez la route de Kato-Chorio après 1H45 de marche depuis le village.

Vous suivez la route pendant une demi-heure environ et vous parvenez à un croisement avec une piste de terre sur la droite de la route.

Vous prenez cette piste qui se dirige plein nord vers Monastéraki. Vous retrouvez quelques panneaux du E4.

Il vous faudra environ ¾ d’heure pour atteindre le village, soit un total de 3H00 environ

 

Monastéraki-Kavoussi.

Si vous n’avez pas de voiture, il vous faudra soit continuer à pied soit appeler un taxi d’Iérapétra. Si vous continuez à pied, prendre la route asphaltée qui rejoint la route nationale Aghios-Nikolaos/Sitia à 3km à l’ouest de Kavoussi. Lorsque vous parvenez à la jonction avec la nationale prenez à droite. Comptez 1H15 à 1H30 pour rejoindre le parking à la sortie est de Kavoussi.

Vous pouvez tentez de faire du stop.

 

La piste s'élève rapidement vous offrant de belles vues sur le golfe et les montagnes
Ci-dessous le site de Vronda, des pancartes donnent des explications intéressantes sur le site et les objets qui y ont été découverts. 

 


Ci-contre, début du sentier qui conduit au col.








































Le sentier grimpe fortement mais il est bien tracé et assez facile à suivre.


 Derniers mètres avant le col, dans les touffes bleues du thym.


Ci-dessus et ci-dessous des vues du "plateau" qui s'étend entre le village de Thripti et celui d'Orino à l'est.
Zone d'élevage et de culture avec de la vigne et des arbres fruitiers.




Entrèe est du village de Thripti, ce village, situé à 800 mètres d'altitude,  n'est pas concentré comme les villages crétois classiques. Il est surtout habité à la belle saison.













Ci-dessous la taverne du village pour vous rafraîchir ou pour prendre un petit repas.









Immédiatement après le village la piste s'enfonce dans une forêt de pins..........
et vous offre de belles vues sur la gorge du Cha (prononcer Rhâ)












Cachée sous les pins vous découvrez une petite chapelle décorée par de jolies fresques anciennes.

Ci-dessous, le golfe de Mirambello et la plage de Pachia Ammos

Vous parvenez à la piste cimentée qui descend vers Kato-Chorio. Au loin la mer de serres qui entoure Iérapétra.

Après avoir récupéré le E4 vous parvenez à Monastéraki où vous pourrez vous désaltérer et attendre un taxi si vous le souhaitez. Ce munir des numéros d'appel.





Ci-contre la gorge du Cha, vue de la route entre Monastéraki et la nationale.


Repost 0
Published by Richard LAMBERT - dans randonnées est
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 09:58

Psiloritis ou mont Ida – Timios Stavros

 

 

A ma connaissance il y a 4 ou 5 chemins différents qui permettent d’accéder au sommet du Psiloritis, point culminant de la Crète, situé à 2456 mètres d’altitude. Les trois plus connus sont :

 

L’E4-est, depuis le plateau du Nidha, qui sera décrit ici ;

Le E4-ouest, depuis Fourfouras et le refuge de Toufotos Prinos que l’on peut atteindre par une piste ;

Par le sud depuis Kamarès (voir grotte de Kamarès dans ce blog), à mon avis à déconseiller.

 

Départ/Arrivée : Parking d’Analipsi sur le plateau du Nidha pour ceux qui sont en voiture. Depuis Anoghia, prendre la très belle route du plateau du Nidha, longue de 22km.

Je recommande vivement de dormir à Anoghia ou de partir avant le lever du jour d’Iraklio pour être dès l’aube sur le plateau.

A noter que ceux qui souhaite faire le E4 doivent nécessairement prendre le sentier qui passe par Fourfouras et rejoint le plateau du Nidha ou l’inverse bien entendu.

 

Facteurs influant sur la difficulté de la balade :

 

La pénibilité d’une marche dépendant pour l’essentiel du marcheur lui-même, il m’a semblé utile de détailler les différents points pouvant agir sur ce sentiment de difficulté, afin que mes sympathiques lecteurs puissent se forger leur opinion compte tenu de leurs aptitudes.

 

Dénivelés : importants ;

Départ : 1370 mètres au plateau du Nidha

Sommet du Psiloritis – chapelle de la Vraie-Croix (Timios-Stavros) : 2456 mètres

Dénivelé intermédiaire notable : 90 mètres après le 1er col (à faire deux fois).

Soit un dénivelé positif et négatif de 1260 mètres, compte non tenu des dénivelés intermédiaires,  de faible importance, dus au tracé du chemin.

 

Durée : longue ;

9H15 environ (ajouter une pause d’une demi-heure au sommet) ;

Ascension : 5H00, compte-tenu des petites pauses, photos,..... (Plateau – Panneau au pied du 1er col : 2H30, 2ème col : 4H10 ; sommet 5H00) ;

Descente : 4 H15.

Temps donnés pour un marcheur moyen, prenant le temps de regarder le paysage et de faire des photos.

 

Types de voies empruntées : sentier mal aménagé ;

Sentier mal aménagé: 98%, un petit bout de piste entre le plateau du Nidha et le début du E4.

 

Balisage : facile à suivre ;

Le balisage intermédiaire est bon, quelques hésitations aux croisées de sentier car il n’y a pas d’indications de direction, il est donc indispensable de se munir d’une carte.

Panneau d’informations à l’entrée du sentier, quelques panneaux du E4, des marques blanches et jaunes du E4 peintes et surtout des cairns.

 

Température/chaleur : Le froid plus que la chaleur ;

Il n’y a de l’ombre nulle part, mais, compte tenu de l’altitude, la température n’est pas vraiment un problème.

Il faut faire attention à la météo car le temps change vite et il peut faire très froid. La neige persiste jusqu’à mi-juin

 

Eau/ravitaillement en cours de route: Pas de ravitaillement et pas d’eau en cours de route. Il faut se ravitailler au plus tard à Anoghia.

 

Vertige : pas de risques particuliers sauf pour les personnes qui y seraient particulièrement sensibles.

 

Fréquentation du sentier : Nous n’avons rencontré personne sur le tronçon Nidha-2ème col, donc randonnée à ne pas faire seul et sans prévenir.

 

Difficulté : (à mon avis)

Cette randonnée est assez difficile compte tenu du dénivelé et de l’état du sentier  constamment pierreux. C’est surtout le début du parcours entre le plateau du Nidha et la 1ère ravine qui est désagréable, car très abrupt et mal tracé.

Se munir d’un chapeau, de crème solaire et de bonnes chaussures.

 

  


Flore/végétation : Garrigue épineuse clairsemée, pratiquement pas d’arbres.






végétation typique des hauts du Psiloritis vers 1800 à 2000 mètres


Faune :

Le panneau installé au départ du sentier nous présente un récapitulatif de la faune locale dont le « dangereux » kritikos aghriogatos (chat sauvage de Crète) !!!!!

Vous verrez surtout des chèvres et des moutons, au moins dans la première partie de l’ascension. Plus haut vous observerez des rapaces.

 





Le blaireau assez répandu mais nocturne, le chat sauvage de Crète et le serpent léopard sans danger pour l'homme.












Période recommandée
 : A mon avis juin à septembre, période où le temps est le plus stable. De toute façon consultez la météo ou renseignez vous au village avant de partir.

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer le Psiloritis au printemps....

Baignade : Pas de possibilité de baignade

 

Hébergement : Le gros bourg agricole d’Anoghia, l’Oradour sur Glane de la Crète, offre plusieurs hôtels et chambres à louer qui se situent tous dans la partie haute du village. Les restaurants et les boutiques de souvenirs se trouvent dans la partie basse du bourg. Mangez bien entendu du mouton rôti ou de la chèvre, goutez au kokoretsi, sorte de grosse andouillette faite avec des abats de mouton et cuite à la broche.

Pour ceux qui feraient le trajet entièrement à pied en empruntant le E4, il existe aussi une taverne, en assez triste état, qui se trouve sur le parking du Nidha. Elle dispose de deux chambres au prix de 25 euros. Téléphone :  Stélios – 6971650541.

Il est également possible de se faire conduire en taxi depuis Anoghia jusqu’au départ du sentier.




Le trajet:

Laisser votre véhicule au parking du Nidha à 1370 mètres d'altitude et prendre la piste qui conduit à la grotte de l'Ida (Idhéon Andhron) où Zeus fut élevé après son séjour au Dikti. Le E4 croise cette piste.
Le début du sentier est indiqué par des cairns, pas de pancarte, il part sur la gauche de la piste à 1420 mètres environ. Vous l'atteignez en une quinzaine de minutes. Vous entreprenez alors une montée très abrupte de 150 mètres environ. après 30 minutes d'efforts vous parvenez à une partie moins pentue et le sentier suit une ravine orientée à l'ouest. Vous vous élevez progressivement jusqu'à 1900 mètres d'altitude.
Vous arrivez alors à une fourche, située sur un petit col, d'où partent deux sentiers balisés. L'un orienté nord-ouest continue à s'élever, l'autre s'oriente sud-ouest dans le sens de la descente. Contre une certaine logique c'est ce sentier qui forme le E4 et qu'il convient de suivre. Vous descendez de 90 mètres environ et arrivez, après 2H30 de marche environ, à une pancarte ayant servi de cible aux valeureux chasseurs d'Anoghia. 
Le sentier se dirige maintenant au nord-ouest en suivant une nouvelle ravine qui vous conduit à un second col, situé à 2200 mètres environ, d'où vous découvrez la mer de Crète et la côte nord . Vous apercevez alors plein ouest le sommet du Psiloritis. Le sentier bien tracé vous méne pratiquement en ligne droite au toit de l'île où a été édifié une modeste chapelle ressemblant à un abri de berger. vous y parvenez en 50 minutes environ.






























Le début du sentier est fait pour décourager le marcheur...heureusement la suite est moins pénible.

28 Psiloristis Timios-Stavros

 

Belles vues sur le plateau du Nidha, royaume des moutons et des chèvres......


Le sentier suit la ravine jusqu'à 1900 mètres environ.

Au pied du premier col, la pancarte cible.....

Et c'est reparti pour une seconde ravine...
Le fromage d'Anoghia doit être vraiment bio.....2ème col, la mer de Crète nous apparait...
...

Au nord, la plaine qui entoure Rethimno et la trouée verte où passe l'ancienne route nationale qui traverse les villages de montagne entre Pérama et Anoghia.

Ci-dessous, au loin la chapelle de la Vraie-Croix qui marque le sommet de l'île.

Ci-dessous, panorama sur la mer de Libye et la plaine de la Messara.....et ses serres.

Ci-dessous la chapelle sommitale avec un groupe de touristes français venu par un sentier partant du nord.



Les rapaces guettent leurs proies....quelques touristes peut-être??????


29 Psiloristis Timios-Stavros

 

Ci-dessus, petite pause bien méritée sur le chemin du retour.

 

 

Le parking du Nidha se profile, il reste à descendre par le mauvais sentier qui rejoint la piste.

 

Repost 0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 19:17

Grotte de Kamarès

Voici une randonnée assez connue qui vous permettra de découvrir le flanc sud du Psiloritis.

 

La grotte de Kamarès  serait aussi appelée « la  grotte noire », à cause de la couleur de ses pierres, ce qui est bizarre pour du calcaire, mais peut-être sont-ce les excréments des chauves-souris qui lui donnent cette couleur ? (appréciation toute personnelle de l’auteur).

D’après le panneau officiel situé au départ du sentier la grotte se situerait à 1500 mètres d’altitude et d’après mon altimètre à 1620 mètres !!!!! qui croire ?

La grotte de Kamarès s’est formée en terrain calcaire de la période jurassique (ce qui n’a rien d’original).

 

Elle aurait été occupée depuis le néolithique. Ce n’est cependant qu’à l’époque minoenne qu’elle a constitué un important lieu de culte. Dans cette grotte, ont été trouvés des monnaies exceptionnelles et des vases d’un style unique qui prirent le nom de « kamaraïka » du nom de la grotte.

 

Le visiteur ignorant mais méritant (il s’est farci 1000 mètres de dénivelé), comme moi, ne distingue rien de tout cela. Il aurait peut-être été utile que les éminents archéologues qui ont récupéré les vases laissassent quelques panneaux explicatifs.

 

 

Départ/Arrivée : Village de Kamarès

 

- Depuis Iraklio, prendre la route de Mirès et à Aghia-Barbara la route qui passe par les villages du sud du Psiloritis Gergeri, Zaros....)

  - Depuis Réthimno rejoindre cette route en passant par Fourfouras.

 

Il n’est pas possible de faire une boucle, l’aller et le retour se font par le même sentier. La seule autre possibilité est de continuer le E4 vers le sommet du Psiloritis.

 

Dénivelés :

*   positif et négatif : 940 mètres d’après le panneau officiel, 1060 mètres d’après l’instrument de mesure de votre serviteur.

 

Compte non tenu des dénivelés intermédiaires dus au tracé du chemin.

 

Durée : 7H30 environ (ajouter une pause d’une demi-heure à la grotte) ;

    Ascension : 4H00, compte-tenu des petites pauses, photos,..... (Village – 1er abreuvoir : 1H00, 2ème abreuvoir : 2H10 ; 4ème abreuvoir : 3H00 ; grotte : 4H00) ;

    Descente : 3H30.

 

Types de voies empruntées : Sentier : 100%

 

Difficulté : Cette balade n’est pas facile compte tenu du dénivelé important et de l’état du sentier. La première partie du chemin monte fortement dans la pierraille, mais le sentier est assez intelligemment tracé et la progression n’est pas trop difficile. Après 1H30 de marche, le chemin pénètre dans une forêt,  la progression devient beaucoup plus aisée et agréable du fait de l’ombre et du sentier qui est moins pentu. La dernière heure de marche s’effectue sur un sentier mal tracé, très pentu, sans ombre et désagréable car mal stabilisé, surtout en descente. Une bonne paire de chaussures de marche est recommandée.

Compte tenu de l’altitude la température n’est pas vraiment un problème, sauf au démarrage, si vous partez un peu tard.

 

                                                                                                   
Balisage
 : Panneau d’informations à l’entrée du sentier dans le village de Kamarès, quelques panneaux du E4 sur la partie commune, c’est à dire avant l’embranchement vers la grotte, des panneaux en allemand ????  indiquant HOHLE, quelques marques rouges délavées et surtout des cairns.












Végétation/Flore :
Garrigue épineuse dans la première partie, puis forêt de chêne-vert, garrigue épineuse clairsemée vers la grotte, assez peu de fleurs. 

 


















quelques-unes des fleurs rencontrées en chemin.




Eau/ravitaillement en cours de route: Pas de ravitaillement en cours de route. Très sympathique Kafénio juste au départ du sentier dans Kamarès, le patron ex-émigré en Allemagne, parle toutes les langues ou presque....., prix locaux.

 

Baignade : Pas de possibilité de baignade

 

Hébergement : Le plus agréable est très certainement de se loger à Zaros, notamment si vous voulez aussi faire la gorge de Rouvas. Vous aurez ainsi le plaisir d’apprécier la vie d’un authentique bourg crétois, déserté par les touristes le soir. Vous pouvez également aller à Matala qui n’est pas très loin (25km environ) et se situe en bord de mer, mais c’est l’option inverse !!!!!

 

 

 





Le sentier démarre à la sortie est du village,
très rapidement vous avez de belles vues sur celui-ci et plus loin sur la plaine de la Messara et la mer de Libye

















Le sentier serpente sur le  flanc de la montagne en suivant la direction d'une canalisation qui descend vers le village. Vers 800 mètres vous atteignez le 1er abreuvoir.



Après 1H30 à 1H40 de marche vous pénétrez dans une forêt de chênes-verts, le sentier devient plus aisé. C'est la partie la plus agréable de la randonnée.



Après 2H00/2H15 de marche vous atteignez, le deuxième abreuvoir qui se trouve sur un petit plateau, à environ 1170 mètres d'altitude.
L'endroit est idéal pour faire une petite halte ou un pique-nique (sur le chemin du retour).

Dans la forêt, le sentier longe la canalisation cimentée.

Quelques losanges du E4 sont visibles.





















Après 3H00 environ vous arrivez au dernier des abreuvoirs qui est adossé à un petit bâtiment en pierre. La canalisation qui servait de repère s'arrête ici.


Immédiatement après le sentier devient plus difficile.






















La grotte apparait au dernier moment après un ultime repli de terrain.
Comme je l'ai dit, il est dommage qu'elle ne soit pas mieux aménagée car le visiteur moderne a du mal à imaginer qu'elle ait pu être un lieu de culte important.

Gheia sou spilaio.......et c'est parti pour le retour vers Kamarès.









Repost 0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 11:36

ATTENTION, ACHTUNG, ΠΡΟΣΟΧΗ !!!!!!!

Pour trouver une randonnée ou un site dans ce blog, aller dans la colonne de droite du blog et cliquer sur la région qui vous intéresse

 

Note importante: un nouveau balisage du E4 a été opéré pendant l'hiver 2012/2013, j'attire l'attention de mes estimés lecteurs sur le fait qu'il ne correspond pas au tracé du E4, dans certains cas, le suivre vous conduirait même à revenir à votre point de départ. Vérifiez donc sur la carte que le trajet que vous suivez correspond bien au E4. 

   

Gorge de Richtis/Exo-Mouliana

 (mise à jour du 10/06/13) 

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous donner une des rares balades de bord de mer qui puisse se faire en plein mois d’août sans trop se soucier de la température. Cette promenade vous permettra de voir l’une des rares cascades permanente de Crète (voir aussi Gorge de Sarakinas n°77).La mise à jour que je vous donne modifie un peu le parcours en vous évitant une portion de route bitumée.

 

Départ/Arrivée : Village d’Exo-Mouliana  

  Richtis copie

1ère possibilité : Pour ceux qui, comme moi, préfère faire des boucles plutôt que des allers-retours, je conseille de partir du village d’Exo-Mouliana à 16 km à l’est de Sitia sur la route nationale Aghios-Nikolaos/Sitia. Laissez votre voiture au petit parking qui se trouve à l’entrée ouest du village (vers Aghios-Nikolaos) et prendre la première rue à gauche (en se dirigeant vers le centre). Une piste cimentée conduit à la mer en longeant le haut de la gorge. Vous pouvez ensuite remonter la gorge et rejoindre la route nationale à l’est du village à 600 mètres du parking où vous avez laissé votre automobile.   

2ème  possibilité : Pour ceux qui veulent faire l’AR par la gorge, laisser votre voiture sur le parking qui se trouve à 300 mètres à l’est du village, vers Sitia. Un panneau en bois indique la direction de la gorge.

 

 

 

Dénivelés : positif et négatif : 450 mètres environ.

 

 

Durée : 3H30 environ hors pause (ajouter une pause d’une demi-heure minimum à la cascade si vous vous baignez) – Exo-Mouliana-Plage de Richtis : 1H15 ; Plage de Richtis-Cascade: 0H40; Cascade-Vieux pont (sortie gorge): 1H15; Pont- Retour parking est: 0H20

nota: Aller-retour par la gorge: comptez 3H50

 

Distance totale pour la boucle: 11,0 km dont du village à la plage 5,5 km; remontée de la gorge jusqu'au vieux pont:  4,2 km; du vieux pont au parking est: 1,3 km

  

Types de voies empruntées : Sentier de fond de gorge : 50%, piste : 50% (approximativement et en durée de marche)

  

Balisage : Pas de balisage sur la piste cimentée, suivre celle-ci sans vous laisser détourner par quelques flèches qui vous envoient dans des culs-de-sac. Superbes panneaux en bois aux entrées de la gorge (côté plage et côté route nationale). Balisage par panneaux en bois orientés dans le sens de la descente, points rouges un peu délavés et cairns dans la gorge .

 

Difficulté : Aucune difficulté notable mais les fortes pluies de l'hiver 2010/2011 ont quelque peu dégradé le sentier qui était  remarquablement bien aménagé. Les aménagements essentiels, notamment pour le passage de la cascade, sont cependant restés intactes. Suite aux remarques de mes lecteurs et à mes propres observations, j'insiste sur le fait qu'il vaut mieux faire la boucle et remonter la gorge que de la descendre car les rochers se franchissent mieux dans le sens de la montée. Le balisage laisse à désirer notamment entre la cascade et le pont. L’essentiel de la progression dans la gorge se fait à l’ombre d’une végétation abondante. Une piscine naturelle au pied d’une cascade vous permet de vous rafraîchir.

  

Equipement: Une paire de jogging et une gourde d'eau (plus équipement de baignade eventuellement).

 

Flore : Flore très abondante, je dirais même exceptionnelle pour la Crète, parmi les végétaux les plus abondants : platanes, lauriers-roses, arbres à papillons, roseaux..... 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Eau/ravitaillement: Pas de ravitaillement possible en cours de route, prendre une gourde d'eau.

Deux tavernes à Exo-Mouliana, de nombreuses tavernes sur le bord de la nationanle et dans les villages qu'elle traverse. A noter avant Kavoussi en retournant vers Aghios Nikolaos (lieu dit Platanos) , la taverne Panorama particulièrement bien nommée car elle dispose d'un vue exceptionnelle sur le golfe de Mirambello tout en pratiqauant des prix très raisonnnables.

 

Baignade : Possibilité de baignade dans la mer sur la plage de Richtis (il y a de l’ombre sur la plage et une aire de pique-nique aménagée) ou sous la cascade (1 table de pique-nique). La cascade est propre par contre la plage est souvent très sale et la mer exposée au nord est souvent agitée.

 

Hébergement : Sitia, Mochlos ou dans pratiquement  tous les villages bordant la nationale.

 

  




Après le parking prendre à gauche et immédiatement à gauche, en direction de la mer.

Vous traversez les potagers du village, qui sont en pleine terre. Pas de serres ici, preuve d'une abondance de l'eau et d'un climat agréable.

Vous trouvez sur votre gauche une ancienne fontaine encore bien conservée. Le chemin retour vous ramènera à cette fontaine.
Après 600 mètres vous croisez une pancarte qui indique la plage de Richtis




Restez sur la piste cimentée sans vous laisse détourner par les flèches bleues qui vous envoient dans les champs d'oliviers.
Après 3 km de marche, la piste commence à s'incliner fortement et  vous offre de magnifiques vues sur la côte comme sur la gorge.


Début du sentier, vue de la piste.


La plage de Richtis, avec un petit bouquet d'arbres qui abrite une aire de pique-nique.


Quelques centaines de mètres aprés le début du sentier, un premier bassin vous apporte sa fraîcheur.























Vous n'êtes pas dans une forêt de zone humide, mais en Crète.


Le sentier suit la rivière.



















































Après 35 à 40 minutes vous arrivez à la cascade principale, où un bassin naturel vous invite à la baignade.











L'endroit est propre et aménagé pour une halte.
Laissez-le aussi propre que vous l'aurez trouvé.
"Pourvou que ça doure" comme disait la mère de Napoléon.










Le franchissement de la cascade s'effectue par un escalier de bois des plus remarquables.




Les autres passages un peu compliqués sont franchis grâce à des échelles métalliques.



En vous rapprochant du village vous rencontrez quelques ruines enfouies sous la verdure. Ci-dessus un ancien moulin à eau.




Arbres à papillon, lauriers et platanes se mêlent dans la gorge. 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Après moins de 2H00 de marche, depuis le bas de la gorge, vous arrivez à un pont, le chemin continue sur une piste orientée plein sud et balisée qui rejoint la route nationale et le parking aménagé pour les personnes qui font l'aller-retour.

  Richtis-0613-pont

 

Je vous conseille de tourner à droite sur une piste qui contourne le village et revient au parking-est, à l'entrée du village, sans passer par la route. Après 1km vous rejoignez la piste que vous aviez prise au départ, près de la vieille fontaine. Remontez vers la route nationale et le petit parking. 

Repost 0
Published by Richard LAMBERT - dans randonnées est
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 11:32

Gorge de Périvolakia et Moni Kapsa

A mon humble avis, la gorge de Périvolakia se situe certainement dans le top 5 des plus belles gorges de Crète, d’autant que l’itinéraire proposé constitue une boucle dont le trajet retour offre de magnifiques vues sur la côte et la mer de Libye. Ajoutons que le parcours ne présente pas de difficultés majeures. Elle mérite donc amplement de figurer dans votre sélection de randonnées crétoises.

 

Départ : Le départ s’effectue en bord de mer au pied du Monastère de Kapsa où vécut l’ermite Saint-Joseph Gherondoghiannis (Vieux-jean). Pour s’y rendre en venant d’Iérapétra prendre la route de Sitia et après Analipsi tourner à droite en prenant la route qui longe la mer en direction de Goudouras (et lycée de Versailles en venant de Sitia). Comptez 1H20 depuis Aghios-Nikolaos et 40 minutes depuis Iérapétra.

 

 

Arrivée : Village de Périvolakia, trois retours possibles vers votre magnifique automobile :

 

>redescendre la gorge.

 >prendre le sentier qui passe par le haut de la gorge et redescend vers le Moni Kapsa.

  >vous faire récupérer à Périvolakia par un ami qui ne marche pas.

 

Dénivelés :

 *    positif et négatif : 425 mètres environ.

 

Compte non tenu des dénivelés intermédiaires dus au tracé du chemin.

 

Distance : 11 km 

 

Durée : 4H00 environ (compte non tenu des pauses)

 

Remontée de la gorge jusqu’au village : 2H30, 6 km, 325 mètres ;

Sortie du Village – embranchement avec le sentier du Monastère : 0H30, 2,2 km, 371 mètres ;

Début du sentier vers le Moni-Kapsa – Moni Kapsa : 1H00, 2,3 km, 35 mètres ;

 Monastère/plage départ : 0H05 ; 0,5 km, niveau de la mer.

 

 

Types de voies empruntées : Sentiers pentus et parfois pierreux mais bien tracés: 90 %, piste et route: 10 % (approximativement et en durée de marche)

 

 

Balisage : Losanges jaunes avec un point rouge, ronds à la peinture bleue, flèches rouges et cairns dans la gorge. Marques bleues et rouges et cairns sur le trajet retour.

 

Le balisage rouge a été ajouté à l’ancien balisage bleu, le nouveau balisage a été fait dans le sens de la descente, vous allez donc dans le sens inverse des flèches. Ce nouveau balisage bien visible facilite grandement la progression.

 

 

Température/chaleur : Le bas de la gorge est ombragé à condition de ne pas partir trop tard, cependant il fait chaud sur la côte sud, donc évitez les journées de grosse chaleur si vous y êtes sensibles.

 

Quel temps fait-il en Crète aujourd’hui ? Cliquez sur le lien de la météo grecque :

 

http://www.meteo.gr/waf.asp

     

Eau/ravitaillement en cours de route: Vous aurez la possibilité de vous désaltérer et de casser la croûte à la sympathique taverne de Périvolakia (Apospérida), vous trouverez également de l’eau au monastère.

 

Ceux qui seraient partis de bonne heure et qui ne voudraient pas faire une halte prolongée à Périvolakia pourront trouver deux tavernes à Kalo-Néro.

 

Vertige : Les deux passages qui pouvaient présenter un petit risque ont été sécurisés par des rambardes.

 

Fréquentation du sentier : On rencontre de temps en temps des randonneurs dans cette remarquable gorge.

 

 

Difficulté : (à mon avis)

 

Le sentier a été bien réaménagé en 2011,  les améliorations facilitent grandement la remontée de la gorge.  Quelques raidillons dus à des éboulis à franchir dans la gorge. Une heure de descente ininterrompue pour rejoindre le monastère, mais l’ensemble demeure très faisable même pour des personnes assez peu entrainées à la marche.

 

Hébergement, conseils pratiques :

 

Equipement : Une bonne paire de chaussures de marche sera appréciée, mais des bons joggings sont suffisants. Chapeau, crème solaire et un bon litre d’eau à condition de refaire une provision à Périvolakia.

 

 

Période recommandée : Evitez les grosses chaleurs.

 

Flore : Flore très abondante (14 espèces endémiques, certaines espèces rares), parmi les végétaux les plus abondants : lauriers-roses, thym, arbres à papillons. 

 

Hébergement : Stations touristiques les plus proches Analipsi, Makrighialos et Koutsouras,

 

Baignade : Nombreuses et très agréables plages entre Kalo-Néro et Goudouras.

 

Le trajet :

 En venant d’Iérapétra prenez la route de Sitia (ou inversement), lorsque la route quitte la côte sud pour remonter vers le nord, restez sur la côte sud en prenant en direction de Kalo-Néro, dépassez ce hameau en direction du Moni Kapsa. La gorge démarre au pied du monastère. Laissez votre voiture en face de l’entrée de la gorge à l’ombre des arbres.

 

Le balisage vient d’être refait, il est excellent. Le sentier serpente dans la gorge en franchissant des zones d’éboulis assez pentues mais de courtes durées. Après 35 minutes environ vous parvenez à une échelle que vous gravissez.

 

Le sentier se poursuit alternant des pentes assez raides avec des zones plus plates et des descentes. Deux passages ont été sécurisés par des rambardes constituées par des filins d’acier.

 

Après 1H20 environ (3,7 km) vous sortez de la zone la plus profonde de la gorge. Une petite aire de repos a été aménagée. Un tuyau d’eau et une vanne en principe fonctionnelle sont à proximité.

 

45 minutes plus tard  (5,4 km depuis le début) vous parvenez à un portail fait avec une palette en bois que vous franchissez, vous continuez dans la gorge et vous parvenez à la sortie (5,75 km), il vous reste encore 350 mètres à faire pour parvenir au petit village de Périvolakia où vous pourrez vous restaurer à la taverne Apospérida.

 

Le patron qui a contribué à l’aménagement du sentier pourra vous conseiller sur la suite du parcours.

 

Je vous conseille vivement de prendre l’itinéraire qui revient directement vers le Monastère. De la taverne vous apercevez une inscription « Moni Kapsa only by feet »  vous prenez cette direction. Vous tournez dans la première rue à gauche et vous débouchez sur les champs. Le sentier qui suit d’abord des tuyaux d’irrigation est balisé en bleu et rouge. Il monte sur la droite en venant du centre du village. Il rejoint assez rapidement une piste que vous prenez sur la droite. Des grottes dominent la piste, l’une dans entre elles est censée contenir des peintures rupestres que nous n’avons pas trouvées.  Cependant le point de vue depuis les grottes est assez joli. Si vous en avez le courage, faites le détour en grimpant à travers champs et garrigue, l’aller-retour représente environ 800 mètres et ne vous prendra pas beaucoup de temps.

 

De retour sur la piste continuez en direction de la mer, la piste est parallèle à la gorge et monte jusqu’à 425 mètres environ, vous parvenez à un col d’où la vue est superbe. A ce col prenez, sur votre droite,  le sentier indiqué par des cairns et des marques rouges ou bleues. Ne continuez pas la piste qui devient très mauvaise. Le sentier vous conduira directement au monastère en une heure environ. C’est un ancien chemin muletier bien tracé et facile à suivre. Depuis le sentier vous avez constamment de  belles vues sur la mer. Parvenu au dessus du monastère, prenez à droite en passant devant des citernes en plastique noir. Vous aboutirez à un escalier qui conduit à la grotte de l’ermite Gherondo-Ghiannis. Vous pouvez ensuite revenir vers le monastère en passant par la porte qui donne sur l’escalier de la grotte.

 

La terrasse du monastère est un havre de fraicheur. Elle donne sur un petit potager en contrebas, avec une vue imprenable sur la mer, vous aurez presque envie d’y rester. Vous pourrez vous désaltérer à la fontaine réfrigérée installée par les moines.

 

En sortant par la porte principale du monastère vous débouchez sur une piste cimentée puis sur la route, il vous restera moins de 500 mètres à parcourir pour retrouver votre chère automobile.

 

 




 








ci-dessus, balisage de la gorge;

ci-contre, l'humour ne perd pas ses droits,
cairn sur le chemin retour.





Flore: 


Flore très abondante (14 espèces endémiques, certaines espèces rares), parmi les végétaux les plus abondants : lauriers-roses, thym, arbres à papillons.









    
 

 

 
Ci-dessus, paysage du bas de la gorge avec un cairn.






Ci-contre, l'échelle que l'on atteint après 35
minutes de marche environ.












le chemin franchit des zones d'éboulis.



























Les paroies de la gorge deviennent moins hautes nous approchons du village.


Nous débouchons sur le plateau cultivé qui entoure le pittoresque village de Périvolakia. Le sentier rejoint une route asphaltée qui traverse le village, Prendre sur la droite.







Au centre du village une inscription à la peinture rouge nous indique "Moni Kapsa only by feet", nous suivons ce conseil. Prendre ensuite à gauche un chemin qui longe une canalisation. Aux dernières maison la canalisation part sur la droite avec un balisage de points bleus. Suivre le tuyau.
Ce chemin rejoint une piste qui part vers le sud avec la gorge à sa droite.



Apiculteurs au travail sur le chemin du retour.


Au loin, vue sur l'île de Koufounissi, liaisons possibles à partir de Makrighialos.

   .

vue du monastère depuis la route

Repost 0
Published by Richard LAMBERT - dans randonnées est
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Richard
  • Le blog de Richard
  • : Ce blog propose des itinéraires de randonnées pédestres, de balades urbaines et des informations sur la Crète, son histoire, sa géographie...
  • Contact

Recherche